• Les chiens de traineau

    Suite plusieurs questions de nos amis, nous avons décidé de faire un poste sur les 4 races de chiens de traineau admises par la fédération. Cela ne veut bien entendu pas dire que les autres races ou croisements ne peuvent pas être attelées. 

     

    Le husky de Sibérie.

    Les chiens de traineau

    Origine

    Il fut élevé par la tribu inuit des Tchouktchis qui venaient du nord-est de Sibérie. Région du lac Baïkal. Le nom "Husky" voulait dire en son temps, enroué. Cela provient du hurlement enroué de ce chien qui se rapproche de celui du loup. Chez les Tchouktchis le chien était très respecté. Ils préservaient déjà la race en n'autorisant que les bons sujets à se reproduire.

    Les Russes, en 1867, vendent aux Américains le territoire Alaskan et on retrouve ces mêmes tribus de Tchouktchis en Alaska après qu'ils ont franchi le détroit de Bering. C'est 1908, que l'Américain William Goosak, marchand de fourrure, importe le premier attelage de Husky. Puis, par la suite on retrouve ces mêmes chiens dans la course All Alaskan Sweepstake, grâce à un jeune Ecossais du nom de Fox Maule Ramsey.

    D'abord méprisé en raison de sa taille relativement petite et de sa fine élégance, il conquit ses lettres de noblesse en faisant la preuve de sa robustesse et de sa rapidité, lors de courses particulièrement éprouvantes.

    Plus tard, Olaf Swenson, grand utilisateur de chiens de traîneau, ramena sur la côte est des Etats-Unis, quatre de ces meilleurs Husky. Et, c'est sous son impulsion, avec Arthur Walden, que ces chiens allaient conquérir et dominer les courses en Amérique du Nord. Le premier standard de la race du Sibérien-Husky fut publié en 1932 par l'Américan Kenel Club. 

    Aspect général

     Chien de travail de taille moyenne, à la démarche légère et vive.
    Ses allures sont élégantes. Il remplit avec efficacité sa fonction de chien de trait, en tirant une charge à une vitesse modérée sur une grande distance. Il allie puissance, rapidité et endurance. Un sujet en bonne condition a une musculature ferme et bien développée et ne présente pas d'excès de poids.

    Coureur de grand fond, adapté aux climats très froids, c'est un athlète de haut niveau qui est capable de parcourir près de 100 kms par jour, en tirant une charge voisine de 50 kg, par des températures approchant les -50°C

    Caractère

    C'est un excellent ami de l'homme, sérieux, courageux et très intelligent, noble et réservé. Il est doté d'un sacré caractère, sait ce qu'il veut et l'obtient.

    On l'accuse trop souvent à tort d'agressivité. C'est absolument faux de lui attacher cette étiquette. Non seulement il n'a aucune agressivité mais il aime les enfants. Il est lui-même un grand joueur, mais il ne supporte pas l'injustice.

    Le Sibérien-Husky est indépendant. Il est chasseur et a le flair très développé. Sous une couche de neige très épaisse il est capable de suivre une piste à l'odeur laissée par l'animal, même après plusieurs jours. Il chasse pour son plaisir et par instinct. Le Sibérien-Husky est un fugueur, en quête de grande escapade en solitaire ou en compagnie de ses compères. Il est aussi un chien de meute, avec une hiérarchie bien établie au sein de la meute ou du clan.

     
    Le malamute d'Alaska 

    Les chiens de traineau

     Origine

    Le malamute tire son nom des « Malhemuits », tribu esquimau habitant le golfe de Kotzebue et dont le nom signifie « A les hommes vivant là où il y a de grandes vagues ».Le Malamute d'Alaska est apparement le seul chien indigène d'Amérique.

    Aspect général

    Le plus puissant et le plus robuste des chiens de traîneau. Doté d'une ossature forte, d'une musculature très puissante et d'une fourrure très épaisse, il ressemble un peu à un « gros nounours ». Mais il est un grand sportif et un entraînement régulier en fera un athlète accompli. Surnommé « Locomotive des Neiges » il est moins à l'aise en vitesse pure qu'en randonnée ou en course de longue distance.

    Le mâle mesure en moyenne de 55 à 65 cm et pèse environ 45 kg. Il porte un masque en forme de casquette sur le haut de la tête et autour de ses yeux. Ses yeux en forme d'amandes sont toujours bruns.. Mais, on peut en faire un compagnon très affectueux mais de préférence fait pour vivre en meute. 

    Caractère

    Chien de traîneau, il est avant tout un chien de meute, et, s'il est amical envers l'homme, il n'en est pas de même avec les autres chiens du même sexe sur qui il essaiera d'étendre sa domination. Il est d'une grande intelligence mais aussi d'un caractère très affirmé. Son caractère indépendant nécessite une éducation très ferme. Affectueux, loyal, fidèle, le Malamute d'Alaska est un chien très facile à vivre.
     

    L'esquimau du Groenland 

    Les chiens de traineau

    Origine 

    Issu du chien esquimeau du groenland, il a été le compagnon des chasseurs migrants des confins de la Sibérie pour s'établir au Groenland. Dans ses veines coule du sang de loup. Autrefois les Esquimaux attachaient les chiennes en chaleur à quelque distance de leur campement afin qu'elles soient couvertes par des loups.

    Ce chien a fait son apparition en Europe en 1913 lors de la construction du chemin de fer de la Jungfrau pour transporter des marchandises sur une piste enneigée de 34 kms. Mais c'est lors de multiples expéditions polaires qu'il travailla sa réputation. De caractère rude, habitué aux conditions de vie difficiles, il n'est en aucun cas un chien d'appartement. Fugueur, il retrouve son instinct de chasseur après avoir pris le large. Chien de meute, il a besoin d'autorité. Il se montre cependant très doux et sociable envers l'homme.

    Aspect général

    Ce spitz polaire massif donne une impression de force. Ce grand et beau chien à la fourrure épaisse, qui tient du loup boréal, est d'une vigueur et d'une résistance étonnantes. Bâti pour le travail et l'endurance.

    Son corps est très musclé. Il a la mâchoire puissante, les oreilles courtes et dressées vers l'avant. Son poil long, épais, est également lourd au toucher. Les couleurs les plus rencontrées sont le corps blanc et la tête charbon ou le corps noir et la tête blanche. Il existe des types différents suivant les régions du Groenland. Celui de la côte ouest est plus lourd, plus fort, celui de la côte est (Ammassalik) plus petit et plus rapide.

    Caractère

    Très entier, il ne respectera qu'un maitre qui se comportera en vrai chef de meute et qui saura s'imposer par son autorité calme et impartiale.
    La réputation de bagarreur du groenlandais n'est pas surfaite. A la différence du husky, le groenlandais ne se bat pas pour dominer son adversaire mais pour l'éliminer physiquement. Si les blessures graves sont rares avec les huskies et généralement accidentelles, elles peuvent être fréquentes et éventuellement mortelles chez les groenlandais avec un maitre qui n'est pas capable de faire cesser toute velléité de bagarre.
     

     
     
    Le samoyede

    Les chiens de traineau
    Origine

    Originaire de la Sibérie, c'est à la faveur des grandes expéditions polaires (fin 19e, début 20e siècle) que le Samoyède commence à être connu. En 1889, l'explorateur anglais Robert Scott en ramène un couple d'Arkangelsk. Il reçoit le nom actuel de Samoyède, du nom de la tribu des nomades de l'Artique qui en possédaient des nombreux. Très vite sa robe a séduit l'Europe. Utilisé à l'origine pour la garde des troupeaux de rennes, la chasse et parfois le trait, il a vécu pendant des siècles en osmose complète avec l'homme dans les steppes désertiques de l'Artique. Ce qui en fait un des animaux les plus domestiqués du grand Nord. D'où un caractère très sociable, amical, qui lui permet de s'adapter à des environnements variés. Il peut aboyer (beaucoup parfois) et faire ainsi l'office de gardien à la différence des autres races nordiques.

    Aspect général

    Puissant et des bonne taille, endurant mais moyennement rapide, il a une superbe fourrure blanche qui le protège des trop grandes variations de température. Il ne craint pas particulièrement la chaleur. C'est un chien fort, actif et gracieux.

    Caractère

    Le samoyède est un chien polyvalent qui fut chien de chasse, chien de troupeau, chien de compagnie et chien de traîneau. Ceci explique sa différence avec les autres races. Il serait plus proche au niveau caractère des chiens européens. Au travail, les avis sont partagés : les uns le considèrent comme un chien de traîneau endurant, plein de vie et courageux, d'autres ne le considèrent pas comme un vrai chien de traîneau : cela est dû à sa polyvalence.
    Par contre, tout le monde est d'accord sur le fait qu'il est bruyant et joyeux. Il adore aboyer et bien qu’il ne soit pas spécialement gardien, il saura prévenir d’une intrusion sur son territoire.

     
     

    L’alaskan husky

    Il est difficile de parler des chiens de traîneau sans évoquer ce qui constitue la population la plus importante de chiens attelés au monde, l'alaskan husky.

     

    L'Alaskan Husky n'est pas vraiment une race de chien à proprement parler, plutôt une « catégorie » ou un « type ». En effet, l'Alaskan Husky n'est pas défini par son ascendance, mais par son but, qui est d'être un chien d’attelage efficace. Cela dit, beaucoup de mushers font la distinction entre Alaskan Husky et « croisement de chiens de chasse », ce qui laisse entendre qu'il y a un critère informel, selon lequel l'Alaskan Husky est censé posséder une certaine « proportion » de chien nordique.

    On a tenté plusieurs fois d'organiser l'élevage des Alaskan Huskies et d'établir un registre de ces chiens, mais ces tentatives n'ont jamais reçu de grand soutien. Bien que les élevages de chiens d'attelage soient nombreux et souvent de grande capacité, parfois de plus d'une centaine de chiens par élevage, et bien que leur population totale soit estimée à plus de 100 000, cette « variété » de chien demeure non-officielle.

    L'Alaskan Husky, un peu comme le border collie, est un chien de travail et se définit donc surtout par sa capacité de travail.

    Les chiens de traineau

     
    Pour bien comprendre ce qu'est l'Alaskan husky, il faut remonter très loin dans l'histoire :

    les Indiens qui migrèrent d'Asie (30 à 40000 ans) et s'installèrent dans la zone subarctique de l'Amérique du Nord
    les esquimaux, en provenance de Sibérie et qui n'arrivèrent en Alaska il n'y a que quelques centaines d'années, après avoir occupé le canada et le Groenland.


    Ces deux peuples amenèrent leurs chiens constituant des souches :

    d'Esquimo-dogs proches de nos chiens de races nordiques
    d'Indian-dogs petits et grands.

     
    Cette diversité originelle de populations canines alaskanes fait qu'il est impossible de définir clairement les origines des chiens peuplant l'Alaska actuellement.
    Quand le Husky fit son apparition au début du siècle, les éleveurs lui reconnurent ses qualités et se tournèrent vers un compromis qui devait leur permettre, par croisements successifs, de déboucher sur le chien le plus rapide et le plus endurant qui existe actuellement au monde : l'Alaskan Husky. Ce dernier, s'il conserve une allure générale "nordique" est impossible à décrire, donc à standardiser. Il est autant le fruit du hasard que celui d'une sélection poussée vers la performance.
     

    Apparition des chiens en France 

    L'aventure et la recherche polaire font partie du patrimoine français; le docteur Jean-Louis Etienne en a ravivé le souvenir ces dernières années.

    Avant lui, le commandant Charcot, l'ethnologue Paul-Emile Victor, le professeur et chercheur Jean Mallory et bien d'autres, ont grandement participé aux découvertes et connaissances des domaines Arctique et Antarctique.

    Dès 1915, l'Américain Scotty Allan introduit environ 450 chiens en France. Ils sont utilisés à des fins militaires pour transporter des munitions lors de la Campagne des Vosges, les chars et les chevaux échouant dans cette entreprise.
     

    Les chiens de traineau

    Vers 1935, Paul-Emile Victor refait parler des chiens de traîneau en rapportant de ses expéditions les premiers chiens Eskimos du Groenland. Il réalise en 1938 la Traversée des Alpes Françaises.

    En 1954, devant les difficultés d'accès à certains villages du Cantal, le Docteur Delort utilise les chiens nordiques pour aller visiter ses patients et organiser les premières évacuations sanitaires.

    Les années 1970 voient l'arrivée massive des Huskies de Sibérie par l'intermédiaire des équipages d'Air France qui réalisent les vols Paris-Tokyo avec escale et changement d'équipage à Anchorage (Alaska). Victimes de leur succès grâce à leur yeux bleus, cette race fût la plus abandonnée et la plus euthanasiée en France jusqu'à 1998 environ.

    Heureusement pour eux, la tendance commence à s'inverser.

     
     
    Spécificité des chiens 

     
    La loi du clan 
     
    Les chiens nordiques de traîneau ou de chasse ont tous une silhouette générale, des comportements, des instincts communs qui rappellent le grand ancêtre : le loup.
     
    Les chiens de traineau
    Ils ont un corps solidement charpenté, une fourrure épaisse et double, la queue retournée sur le dos.

    Tous respectent une hiérarchie sociale dans la meute, avec un chef de groupe dominant, qui s'impose comme étant le chien aussi fort physiquement que psychologiquement; ils obéissent à des lois auxquelles il leur est difficile, instinctivement, de passer outre. Ils ont un instinct de chasse très développé (sans toujours faire de différence entre la faune sauvage et domestique). De plus, la plupart hurlent plutôt qu'ils n'aboient.

    Les lois auxquelles ils se soumettent volontiers répondent toutes à l'instinct de conservation de l'espèce, qui prime dans la plupart des comportements animaux.

    Oui, ils communiquent !

    Ils communiquent entre eux par des attitudes de soumission (la plus spectaculaire : sur le dos, pattes en l'air, la gorge déployée et vulnérable) ou de provocation (pattes raides en se grandissant et en hérissant leur fourrure pour impressionner).

    Lorsque les motivations sont fortes, ils se battent mais rarement jusqu'à la mort, le chien le plus faible pouvant à tout moment interrompre le le combat en adoptant l'une des positions de« soumission ».

      

    Bon allez, ne boudez pas, tout le monde peut faire du traineau !!! 

    Les chiens de traineau 

    « Vétérinaire et clicker La photo du week end : couché de soleil en amoureux »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Mai 2012 à 18:14

    Super interressant! J'ai de la famille a quebec qui a un elevage de chiens de traineau, je reve de leur rendre visite un jour! Je crois qu'ils fabriquent aussi leur propre traineaux...

    Je suis un peu jalouse, mais j'ai lu que les dogues allemand pouvaient aussi etre atteles... Faut que j'essay :p

     

    Bavouilles, Indigo!

    ps: on espere que Link va mieux!

    2
    Vendredi 18 Mai 2012 à 12:23

    Ce sont de magnifiques chiens, mais trop souvent les gens oublient qu'ils ont besoin de courir! comment va Link?


                 

    3
    Mercredi 26 Décembre 2012 à 16:01

    De magnifiques chiens avec lesquels on passe des journées superbes lorsqu'on est passionné par le canicross, canirando ou le travail en traction pure.

    Le Sibérian peut être le meilleur des compagnons quand on à réussi à s'adapter à son caractére.

    Des chiens à ne surtout pas prendre à la légére, ils n'arrivent pas à s'adapter en SPA qaund les propriétaires s'appercoivent qu'ils n'arrivent pas à les gérer.

    De bonnes fêtes de fin d'année

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :